La yourte mongole

  1. Présentation
  2. Description
  3. Aménagement
  4. Code de conduite
  5. Historique
  6. Fabrication
Articles liés :
yourte petites filles mongoles

Présentation de la yourte (ger)

Yourte est un habitat traditionnel (tente en feutre) des nomades mongols et turcs qui vivent en Asie centrale. L'étymologie du mot est d'origine turque yurt. La yourte s'appelle "ger" en mongol ce qui signifie "maison". Cette une petite habitation pratique à vivre et à transporter, trés adaptée à la vie nomade et aux conditions très rudes des climats. Les yourtes différennent légèrement suivant leur pays d'appartenance : on distingue la yourte mongole, la yourte kazakhe et kirghize qui se distinguent par certains petits détails de strucure. La yourte mongole existe depuis plus de 2000 ans. Elle se caractérise par sa facilité à être montée et démontée. Les nomades mongols effectuent des transhumances. Ils changent de lieu de vie à chaque saison afin que le bétail puisse se nourrir. La yourte est donc souvent déplacée et reconstruite sur un nouveau lieu.

Description d'une yourte

yourte toono L’élément le plus important de la vie nomade mongole est sans aucun doute la yourte traditionnelle, ou ger. Bien que depuis la seconde partie du XXe siècle, la Mongolie se soit fortement urbanisée, plus de la moitié des Mongols continue à vivre dans leur habitat traditionnel, que ce soit les nomades à la campagne ou les habitants permanents des villes et villages. C’est une habitation familiale, comprenant une pièce unique autour d’un poêle. On y trouve plusieurs lits qui servent de sièges pendant la journée, armoire et/ou commode, une table basse où est posée la nourriture. La seule ouverture est la porte d'entrée, à l’opposé de laquelle se trouve traditionnellement le lit du chef de famille. Elle est facilement démontable et re-montable en quelques heures. La yourte comprend aussi une ouverture dans sa partie supérieure pour permettre d’évacuer les fumées et d’éclairer l’ensemble. En Mongolie, plus d'un million de personnes vivent encore sous une yourte. La taille des yourtes est conditionnée par le nombre de « murs » (khana) ou treillis en bois. La taille standard est une yourte de cinq murs pour un diamètre de 5,80 m, une hauteur maximale de 2,30 m et minimale de 1,50 m. En plus de ces cinq murs (khana), la yourte est composée d’une porte (khaalga), d’une couronne ou clef de voûte (toono), de 81 perches (hunnu) formant la charpente soutenue par deux piliers (bagana), d’une ou deux couches de feutre (esgui), d’une toile imperméable (berdzinte) en coton. Les yourtes, d’une manière courante, peuvent avoir de deux à douze murs soit de 9 m2 à 122 m2. Afin d’assembler la yourte, les sections murales sont dépliées et attachées ensemble pour former un cylindre. La porte est alors attachée à l’armature ainsi formée grâce à des sangles courant le long des murs. Ensuite, le toit est fixé aux deux poteaux de support et est élevé au centre de la yourte. Les branches sont alors emboîtées entre le cadre de toit et les murs. Plusieurs grands morceaux de feutre sont attachés ensemble à l’extérieur de la yourte pour l’isolation et, finalement, elle est couverte d’une coquille en coton blanche. La yourte moderne a l’avantage de garder la chaleur l’hiver, en raison des propriétés d’isolation excellentes du feutre, et d’être très facilement transportable. Une yourte peut être montée ou démontée en seulement 30 minutes.

Aménagement dans la yourte

La yourte est une habitation familiale dans laquelle les générations cohabitent. Elle comprend une pièce unique orientée autour du poêle central dans laquelle les enfants, les parents et parfois les grands-parents vivent, mangent, dorment, prient ... .Des lits/banquettes sont disposés en rond contre les murs, une table basse offre souvent la possibilité de s'installer pour manger, un autel pour les prières et la vénération des ancêtres se situe traditionnellement à l'opposé de la porte. Tous les éléments et les meubles de la yourte sont décorés de façon très fournie. Chaque symbole, chaque couleur représente un aspect de leur croyance.

Code de conduite

Coutumes dans une yourte La yourte est un espace fortement ritualisé et on y trouve de nombreuses coutumes ancestrales. L'endroit est régi selon la croyance locale, par des forces cosmiques dont il ne faut pas briser l'équilibre[réf. nécessaire]. Les règles de convenance y sont très nombreuses, notamment concernant les gestes et les positions corporelles, ou le sens de circulation autour de la table ou du poêle central. On pénètre dans la yourte toujours du pied droit sans heurter le seuil. Il ne faut pas rester debout plus que nécessaire, ni traverser entre les deux piliers centraux. Les yourtes mongoles sont divisées en deux espaces sexués. Dans toutes les yourtes, la place d'honneur, réservée par ordre de priorité à l'hôte, au plus âgé ou au chef de famille, fait face à la porte. Les gestes sont également importants : toute nourriture ou objet proposé doit se prendre de la main droite ou des deux mains, il est défendu de refuser le bol d'Airag (lait de jument fermenté) proposé à plusieurs reprise aux convives. Les mongols en boivent très souvent.

Historique

yourte ails La yourte mongole est apparue il y a environ 2 000 ans de cela et a évolué substantiellement à travers les siècles. La yourte a très certainement comme ancêtre l’urts, un simple abri toujours utilisé par les Tsaatans (les éleveurs de rennes), consistant aujourd'hui en un cadre conique de branches ou de poteaux en bois couverts par des peaux animales. La découverte du feutre a permis aux premiers Mongols d’isoler facilement et efficacement leurs maisons, posant les fondations de ce qui deviendront les premières yourtes. Les images de gerlugs, ou les « charrettes à yourte », ont été trouvées sur plus de cinquante fresques datant de l’âge du bronze. Guillaume de Rubrouck, un voyageur français qui a visité la Mongolie en 1253, décrit les yourtes mongoles de son temps dans son livre Voyage dans les pays de l'est : « Ils mettent leurs maisons sur les roues, et des baguettes tissées servent de murs à la maison. Les murs sont joins sur le sommet formant ainsi l’encolure de la maison. Ils sont recouverts de feutre blanc et ce dernier est souvent enduit de poudre de citron ou d’os pour le faire scintiller. Ils mettent parfois sur l’ouverture du toit un feutre noir décoré avec de beaux dessins sur différents thèmes. A l'entrée de la maison, ils accrochent un feutre recouvert de tissus bariolés, et la vigne, les arbres, les oiseaux, et les animaux sont reproduits en feutre coloré. » Les yourtes mobiles du XIIIe siècle étaient spacieuses, la largeur entre les roues d'un attelage pouvant aller jusqu’à six mètres : Rubrouck a compté 22 taureaux tirant une charrette à yourte. La plus grande yourte de l'histoire était les palais des khaans (orda ger/yourte-palais), utilisée pour recevoir les représentants étrangers, pour les réunions importantes, etc. Les yourtes-palais étaient décorées avec des peaux d'animaux de valeur (tigre, lion, etc...), et les poteaux et les parties du cadre étaient ornés d’or. Une réplique de la yourte d’Abtai Sain Khan, qui avait quinze murs et 150 branches, est exposée à Oulan-Bator le long de la rivière Selbe. À partir du Moyen Âge, la yourte est devenue plus légère et plus mobile, le changement structurel le plus perceptible étant au niveau du toit qui avait précédemment une encolure haute et pointue tout à fait contraire au toit en forme de dôme de la yourte moderne. Plusieurs changements technologiques importants ont été introduits au XXe siècle, notamment le remplacement du tulga (feu à même le sol) par un poêle fermé, permettant à la fumée d’être évacuée plus facilement de la maison ; le remplacement du rabat en feutre à l'entrée à la maison par une porte en bois solide ; l'usage de lits au lieu de peaux de bêtes ou de rembourrage en feutre ; l'introduction d'une coquille en coton blanc à l’extérieur de la yourte améliorant l'apparence de la maison.

Fabrication du feutre d'une yourte

feutre yourte préparation
  • Tonte des moutons
  • Cardage de la laine à la main en famille
  • Répartition uniforme et régulière sur une bâche ou tissu, tapis… (sur tapis, couvertures… : dessins à base de laines colorées)
feutre yourte tassement
  • Humidification de la laine avec l'eau de la rivière
  • Le tissu est enroulé autour d'un tronc d'arbre coupé puis tiré par des chevaux ou des chameaux à travers la steppe pendant plusieurs heures.

Source : "Voyage Mongol" et Wikipédia Lingala sous terme de la licence GNU de documents libres (GNU-FDL)"